Doit-on parler d'un prêt ou d'une hypothèque immobilière?

La plupart d'entre nous seront appelés à consentir un ou plusieurs actes d'hypothèque au cours de notre vie. Que ce soit en vue de l'achat d'une première maison, d'un condominium, d'une résidence secondaire, un refinancement pour des travaux de rénovation ou des projets personnels ou encore pour une entreprise. Dans la plupart des cas, nous nous tournerons vers une institution financière pour obtenir un prêt permettant la réalisation du projet convoité.

Les gens disent souvent qu'ils « ont une hypothèque sur la maison », qu'ils « payent leur hypothèque » ou qu'ils ont fini de « rembourser leur hypothèque ». En fait, cette façon de parler n'est pas tout à fait exacte, les gens ont plutôt « un prêt sur la maison », ils « paient leur prêt » ou ont fini de « rembourser leur prêt ».

C'est bien le prêt consenti par le créancier que l'on rembourse et c'est ce prêt qui peut être garanti par une hypothèque afin de bénéficier, dans la plupart des cas, d'un meilleur taux d'intérêt.

L'hypothèque variera selon le type de bien donné ou pris en garantie. Une maison ou un terrain feront l'objet d'une hypothèque immobilière. Un véhicule automobile ou l'inventaire d'une entreprise feront l'objet d'une hypothèque mobilière. Un contribuable qui ne paie pas ses impôts pourrait voir ses biens grevés d'une hypothèque légale de l'État par le ministère du Revenu, québécois ou canadien.

Prochaine question : En quoi consiste le prêt?
Notre partenaire

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier